PICT – Penser, traduire et représenter le(s) corps

Ce carnet hypothèse constitue un support de travail pour le projet de recherche PICT (Penser, traduire et représenter le(s) corps : dire l’intime).
PICT est un projet de recherche co-financé par l’Université d’Angers et l’Académie Pulsar de la région Pays de la Loire, mené par Agatha Mohring (MCF en études hispanophones) et Ludivine Bouton-Kelly (MCF en études anglophones).
Sur ce carnet, vous pourrez suivre notre actualité, consulter les événements organisés par PICT, ainsi que les futurs appels. Vous pourrez aussi y lire nos articles de vulgarisation, nos compte-rendus, nos recensions, et accéder à nos épisodes de podcast.

Le projet PICT « Penser, traduire et représenter le(s) corps : dire l’intime » met en miroir une vision médicalisée et calibrée du corps, telle qu’elle apparaît dans les publications scientifiques au niveau international, et une approche sensible et artistique du corps qui puisse rendre compte de la complexité de l’intimité des corps et de leur singularité. Il s’agit d’examiner la manière dont les spécialistes en sciences humaines, sociales ou médicales décrivent et interprètent le(s) corps, qu’il soit textuel, intime, politique, poétique ou physique, et la manière dont les auteur·rice·s, les traducteur·rice·s et les artistes s’emparent de la représentation de ce(s) corps. En mobilisant aussi bien la littérature que la bande dessinée et le roman graphique, la performance, le théâtre, la danse ou la poésie sonore, ainsi que les productions audiovisuelles et la culture populaire, nous tentons de penser le(s) corps autrement qu’en termes de symptômes pathologiques, ou de signes linguistiques, et de mieux cerner comment les auteur·rice·s et les artistes représentent le(s) corps pour le(s) réinventer et/ou en sonder l’intimité. La question de l’intime est ainsi traitée de manière transversale, à travers différentes pratiques artistiques et différents points de vue théoriques, à la croisée de la littérature, des arts, de la philosophie, de la sociologie et de la psychologie.
Les participant·e·s au projet apportent leur expertise pour produire des supports de recherche sous forme de podcasts, d’illustrations, de récits, ou de performances. Ces objets d’analyse servent à réfléchir sur les formes et les enjeux actuels de l’intime et du corps autrement qu’à travers le seul médium de l’écriture universitaire.
A travers ce projet, nous cherchons à avoir des impacts scientifiques forts, ancrés dans les problématiques contemporaines artistiques et sociales. La réflexion autour de la traduction que nous développons nous amène, dans ce travail, non pas à l’analyser comme un simple outil, mais bien à en questionner les détours, les suggestions et les malentendus.

Le projet PICT s’articule autour de trois questions structurant notre travail de recherche:

  1. (se) dire, (se) soigner, (se) raconter: le corps parle-t-il ?
  2. traduction des corps, corps de la traduction, traduire l’intime
  3. ce que la culture populaire fait au corps et à l’intime